La triste storia di Mecone

    ovvero:

    l'origine del papavero e della Pizzica

    Invenzione di Ezio Pellizer

    Trad. latina di Stefano di Brazzano

    Trad. francese di Maria Paola Castiglioni

    Ps. Fulgenzio, Mitologie, I 13:

     

     

    1. Mecon, fluuii Asopi filius, puer fuit pulcherrimus, uenari in saltibus agros tangentibus circa urbem Sicyonem in sinu Corinthio solitus. Quem sub myrtei fruticis umbra cubantem et ob apri cuiusdam insectationem fatigatum cum olim frugum dea conspexisset, amore uehementissimo incensa est. Cum autem haec eum complecti conaretur, expergefactus est Mecon, uidensque speciosam dominam super se incubantem nec de eius animo dubitans, cum castum se Dianaeque deuotum seruare cuperet, eam acerbe reppulit, grauissimis insectans conuiciis.

    2. Attamen Ferefassa, deae filia adulescens, dum lilia narcissosque in ipso siluae agris adiacentis limine decerpit, uidens quae facta erant, ualde succensa est, eque maturis frumentis araneam aculeo maxime noxiam emisit, quae miserum mordens iuuenem ad insaniam adegit: infelix puer, ardenti prurigine captus, ad indecoros in modum saltationis motus adductus est, donec, cum iam uniuersas maturas agri spicas tumultuose protriuisset – simul inusitata orbibus aliisque geometricis formis similia faciens uestigia, quae nemo interpretari ualuit – erumpente subito acerrimo sanguinis profluuio indignissime periit, hac irrefrenabili effusione correptus.

    3. Frumentorum dea, uim lacrimarum profundens, miserum iuuenem in purpureum conuertit florem, cuius semina constituit ut exinde pani condiendo inseruirent, cum suauem inducerent soporem, amoris cruciatibus placandis eorumque obliuioni adducendae idoneum. Statuit praeterea ut aranea, quae Meconem momorderat, tredecim gestaret purpureas maculas in dorso, qui numerus infaustus aduersam fortunam insaniamque commemorat, in memoriam sanguinis a puero super frumenta effusi.

    Agitur de Latrodecto tredecimguttato seu malmignatta, cuius morsus ad furorem et ad Pizzicam, quam uocant, Bacchiam effrenatamque saltationem impellit.

    1. Mékon, fils du fleuve Asopos, était un jeune homme très beau qui avait coutume d'aller à la chasse dans le maquis, aux marges des champs cultivés, près de l'ancienne ville de Sicyone (sur le golfe de Corinthe). Un jour la déesse des moissons (Déméter) l'aperçut endormi à l'ombre d'un buisson de myrte, fatigué après avoir poursuivi un sanglier, et tomba tout de suite éperdument amoureuse du garçon. Mékon se réveilla pendant que la déesse cherchait à l'enlacer: en voyant la belle dame qui était sur lui avec des intentions qui ne laissaient aucune place au doute, et voulant demeurer chaste et dévot à Artémis, il l'éloigna de façon discourtoise et grossière.
    2. Mais Phéréphasse, la jeune fille de la déesse, qui était occupée à cueillir des bleuets et des narcisses au bord des champs cultivés, là où commençait la forêt, s'indigna à la vue de cette scène, et fit sortir du blé mûr une araignée très vénéneuse, qui mordit le pauvre jeune homme, en le rendant fou: le malheureux fut pris par une insupportable démangeaison qui l'obligea à un mouvement de danse frénétique qui se poursuivit jusqu'à ce que, après avoir piétiné d'une façon désordonnée tout le champ d'épis mûrs (tout en laissant des signes ronds et géométriques que personne ne sut déchiffrer), il fut frappé par une violente hémorragie et mourut misérablement, consommé par cette émission incessante de sang.
    3. La déesse du blé, en pleurant des larmes amères, transforma le jeune malheureux en une fleur pourpre, et décréta que dès lors ses graines auraient été utilisées pour confectionner le pain, puisqu'elles produisaient un effet légèrement soporifique, apte à calmer et à faire oublier les souffrances amoureuses. Elle décida en outre que l'araignée qui avait mordu Mékon aurait porté treize taches pourpres sur son dos, un chiffre funeste évoquant la malchance et la folie, en souvenir du sang perdu par le jeune garçon dans le champ de blé. Il s'agit du Latrodectus tredecimguttatus ou malmignatte, dont la morsure provoque le délire et pousse à danser la Pizzica, une danse orgiastique et incessante.

    Latrodectus tredecimguttatus (malmignatta) GRIMM - marzo 2009